top of page

LE BURN-OUT COMMENT LE RECONNAITRE ?

« Je suis en burn-out, j’ai fait un burn-out, il est en burn-out… »  Le burn-out c’est le grand sujet en entreprise et l’on le diagnostic plus ou moins mal et plus ou moins à juste titre. Un gros coup de mou, une surcharge de travail, un mal être lié à une insatisfaction professionnelle, une fatigue chronique … et hop on s’auto-diagnostique en burn-out...




Pourtant le burn-out est un phénomène bien spécifique qui n’est pas si facile à diagnostiquer car les symptômes sont multiples, complexes et parfois pas si facile à évaluer. C’est un long processus qui s’installe sournoisement dans le temps jusqu’à ce qu’un jour, il ne soit plus possible d’aller travailler.

En cabinet les pathologies rencontrées sont très variables. Il y a ceux littéralement lessivés et hors service qui ont vécu une sorte de tsunami et ne peuvent plus redémarrer, ceux qui, avec repos et prise de recul vont comprendre ce qui les a entrainés dans ce tourbillon et qui vont changer leur rapport au travail et ceux qui ont du mal à assimiler et reste dans une forme de déni pensant qu’il s’agit juste d’un simple surmenage et continueront jusqu’au clash… En réalité les formes, la variabilité des symptômes en font une maladie mal connue et mal diagnostiquée.

Dans cet article, je vous entraine dans le monde complexe du burn-out pour explorer ce que signifie réellement cette pathologie et quels sont les facteurs qui peuvent y conduire. Je vous donne des indicateurs clés qui vous permettront d’en reconnaître les premiers signes afin de mieux l’anticiper et y remédier.

Que vous soyez un salarié cherchant à naviguer dans les eaux tumultueuses du monde du travail, un employeur soucieux de créer un environnement de travail sain, une maman jonglant entre toutes vos taches, cet article est pour vous !



Un peu d'histoire sur le burn-out

Le terme de Burn-Out est assez récent puisque qu’il a été cité pour la première fois en 1974 par un psychologue qui en observant dans un établissement des soignants souffrant de douleurs physiques, de fatigue, d’épuisement mental et moral et d’une baisse d’engagement et motivation a commencé a étudier ce drôle de phénomène. En 1976, c’est le psychologue Maslach dans le cadre d’une recherche sur le stress émotionnel et les stratégies de coping (mécanisme que nous mettons en place pour surmonter ce que nous trouvons stressant, menaçant et épuisant) développées par des employés de service sociaux qui va identifier les premiers facteurs de ce qui sera appelé Burn-out ou Syndrome d’épuisement physique et psychique. Les études ont continué aux Etats-Unis, en Allemagne, en Hollande et dans d’autres pays pour arriver à établir une grille d’inventaire permettant de conclure à cette pathologie. C’est le test de Maslach (Burn of inventory) qui aujourd’hui sert la plupart du temps de curseur pour savoir si oui ou non vous êtes en Burn-out (https://www.mgfrance.org/images/utilitaires-medicaux/test-maslach_burn-out). Vous pouvez si vous souhaitez vous auto diagnostiquer et faire également le test proposé sur le site du centre du Burn-out (https://www.centreduburnout.org/test-burn-out). Il vous donnera des pistes et indications utiles pour savoir si il est temps pour vous d’aller consulter ou si vous devez juste lever le pied pendant un moment.


Qu’appelle t’on Burn-out ?

Le burn-out se définit comme un état de fatigue émotionnelle, mentale et physique intense causé par des niveaux de stress prolongés sur le lieu de travail. Il se caractérise par un manque d'énergie, un désintérêt pour le travail, une diminution de la productivité et des sentiments d'impuissance ou de désespoir.

La personne éprouve un sentiment d'épuisement généralisé et de cynisme.  Peu à peu elle va manifester un désengagement et une perte d'intérêt pour son travail et un sentiment de dépersonnalisation envers les tâches professionnelles. Le burn-out est souvent le résultat d'une surcharge de travail, de pressions constantes, d'un manque de soutien ou de ressources, et d'un déséquilibre entre les exigences professionnelles et les ressources personnelles du travailleur. Mais il n’y a pas que le burn-out au travail, le burnout parental est quant a lui un état de stress prolongé, d'épuisement émotionnel et de démotivation qui peut survenir chez les parents en raison de la surcharge de travail et de responsabilités liées à l'éducation et à la prise en charge de leur(s) enfant(s).


Des symptômes de burn-out variés selon les individus

Les symptômes de burn-out peuvent varier d'une personne à l'autre ce qui rend parfois sont diagnostic difficile. On peut penser parfois à un épisode d’épuisement, à l’amorce d’une dépression, à de l’anxiété alors même que les cumuls de symptômes montrent que quelque chose de grave s’opère en vous.

Cependant, il existe des signes communs qui peuvent indiquer un épuisement professionnel ou parental.

Ces symptômes peuvent être regroupés en trois grandes catégories principales : émotionnelle, physique et comportementale.

 

1.     Symptômes émotionnels :

-       Sentiment de vide ou de désespoir

-       Sentiments d'échec et d'insécurité

-       Détachement, sentiment d'être isolé du reste du monde

-       Perte de motivation et de satisfaction au travail

-       Sentiment d'être dépassé et incapable de faire face aux demandes (du travail-des enfants)

-       Dévalorisation de ses réalisations professionnelles.

-       Doutes sur la signification ou la valeur de son travail ( ou de son rôle de parents)

 

    2. Symptômes physiques :

-       Fatigue constante et persistante, même après le repos

-       Difficulté à se concentrer

-       Troubles du sommeil (insomnie ou sommeil perturbé)

-       Douleurs physiques diverses (maux de tête, douleurs musculaires, troubles digestifs)

-       Diminution de l'immunité, entraînant une susceptibilité accrue aux infections

-       Changements d'appétit ou de poids

 

3. Symptômes comportementaux :

-       Procrastination, retard dans l'accomplissement des tâches

-       Irritabilité et impatience fréquentes

-       Difficulté à se concentrer

-       Retrait des responsabilités

-       Isolement des collègues

-       Utilisation de substances comme l'alcool ou les drogues pour faire face au stress

-       Diminution de la productivité au travail

 

Il est important de noter que ces symptômes peuvent aussi être le signe d'autres troubles de santé mentale, comme la dépression ou l'anxiété. C’est le cumul de symptôme qui mettra en évidence le Burn-out





« Nous ne pouvons pas à la fois vivre dans la crainte de perdre notre emploi et être capable d’assumer la responsabilité de notre tâche. [Peter Drucker]

Quand le travail n'a plus de sens

L’une des grandes caractéristiques du burn-out selon l'Organisation mondiale de la santé est le phénomène de dépersonnalisation et de cynisme qu’il entraine. De quoi parle-t-on ?

La personne se sent détachée de soi-même, de ses actions ou de son travail. Elle a souvent l'impression d'être un observateur extérieur de sa propre vie, plutôt que d'être activement impliquée. Elle va alors s’isoler progressivement et se replier sur elle émotionnellement. Dans le contexte du burn-out, la dépersonnalisation se manifeste souvent par un sentiment de négativisme ou de cynisme envers le travail. La personne peut commencer à se sentir indifférente ou négative envers ses tâches, ses collègues, son organisation, ses enfants. Elle peut se sentir désengagée et avoir du mal à trouver un sens ou une valeur dans son travail qui lui semble alors sans fondement, inutile, aberrant. Cela peut se traduire aussi par des commentaires négatifs sur le lieu de travail, un manque d'enthousiasme pour les tâches ou les projets, ou un retrait des interactions sociales au travail. Le sens du travail est nettement interrogé tant il apparait sans fondement.

Il est important de noter que la dépersonnalisation est une réaction normale à un stress ou à une pression prolongée. C'est une façon pour l'esprit de se protéger contre le stress émotionnel. Cependant, lorsqu'elle devient chronique ou sévère, elle peut être un signe de burn-out et peut avoir un impact négatif sur la santé mentale et physique, ainsi que sur la performance au travail.  


Retrouver ou donner du sens à ce que l’on fait est un axe fort dans la reconstruction a laquelle la personne va devoir se confronter.

L'interaction complexe de plusieurs facteurs

 Le burnout est généralement causé par une combinaison de facteurs professionnels, personnels et individuels.  Parmi les causes les plus souvent identifiées on retrouve quelques facteurs clés :

 

1. Surcharge de travail : Lorsque la personne est constamment submergé par une quantité excessive de travail (+ exigences professionnelles élevées, + délais serrés) et qu'il n'a pas le temps de se reposer ou de se détendre, cela peut conduire à un épuisement professionnel.

 

2. Manque de contrôle : Si la personne se sent impuissante ou hors de contrôle dans son environnement professionnel ou familal, cela peut augmenter son niveau de stress et potentiellement conduire à un burn-out.

 

3.Valeurs en conflit : Si les valeurs d'une personne sont en conflit avec celles de son organisation, cela peut causer un stress émotionnel et mental.

 

4. Manque de reconnaissance ou de récompense : Un manque de reconnaissance pour le travail accompli peut conduire à un sentiment de frustration et de démotivation, ce qui peut à son tour conduire à un burn-out.

 

5. Relations de travail difficiles : Des conflits avec les collègues ou les supérieurs, le harcèlement moral ou le manque de soutien social au travail peuvent contribuer à un épuisement professionnel. Les conflits avec les enfants et en particuliers avec les adolescents peuvent entrainer un épuisement de son rôle de parents, c’est également vraii avec des tous petits qui demandent une attention constante.

 

6. Absence d'équilibre entre vie professionnelle et vie privée : Si la personne consacre trop de temps à son travail au détriment de sa vie personnelle, cela peut conduire à un stress excessif et à l'épuisement.

 

7. Insécurité de l'emploi : L'incertitude concernant la stabilité de l'emploi peut causer un stress constant, ce qui peut conduire à un burn-out

 

8. Absence de clarté des attentes : Des attentes professionnelles ambiguës ou contradictoires peuvent créer de la confusion et du stress qui amènent trop de confusion mentale.

 

9. Manque de variété dans les tâches : La monotonie ou l'absence de défis stimulants peut entraîner l'ennui et contribuer au burn-out.

 

Il est à noter que les individus peuvent réagir différemment aux mêmes conditions de travail, et que par conséquent la susceptibilité au burn-out varie d'une personne à l'autre en fonction de divers facteurs personnels et professionnels.  



Existe-t-il des personnalités à risque ? 

Bien que le burn-out puisse affecter des individus de tous horizons, certains traits de personnalité et styles de travail peuvent rendre certaines personnes plus susceptibles de développer un burn-out.  Le contexte professionnel, les conditions de travail et les facteurs organisationnels jouent évidemment un rôle crucial dans le développement du burn-out.

 

Toutefois selon certaines études et observations quelques traits de personnalité et caractéristiques renforcent le risque de burn-out.

 

·      Le Perfectionnisme : Les individus perfectionnistes qui ont des normes très élevées pour eux-mêmes peuvent être plus enclins à ressentir du stress et de l'épuisement s'ils ne parviennent pas à atteindre leurs propres attentes.

·       Les personnes dites de Type A : Les personnes de type A, caractérisées par leur compétitivité, leur impatience et leur besoin de réussite constant, peuvent être plus enclines à ressentir du stress professionnel.

·      Les personnalités névrotiques : Les personnes présentant des traits de personnalité névrotiques, comme l'anxiété et la préoccupation constante, peuvent être plus vulnérables.

·      Le manque de résilience : Les individus qui ont du mal à faire face aux difficultés et aux revers peuvent être plus susceptibles de développer un burn-out.

·      La faible estime de soi : Une faible estime de soi peut contribuer à un sentiment d'impuissance et augmenter le risque de burn-out.

·      Le manque de compétences en gestion du stress : Les personnes qui ont du mal à gérer le stress de manière efficace sont plus susceptibles de succomber à l'épuisement professionnel.

 

 La relation entre la personnalité et le burn-out est complexe, et de nombreux autres facteurs, tels que les conditions de travail, le soutien social, et les politiques organisationnelles, jouent un rôle significatif. De plus, ces traits de personnalité ne sont pas nécessairement des causes directes du burn-out, mais plutôt des facteurs qui peuvent influencer la manière dont une personne réagit au stress professionnel. Chaque individu est unique, et plusieurs facteurs interagissent pour déterminer la susceptibilité au burn-out.



Des conséquences dévastatrices sur le court et le long terme 

Les effets d’un burn-out peuvent toucher divers aspects de la vie quotidienne et du bien-être général. Des conséquences graves et durables sur la santé physique et mentale de la personne atteinte s’installent au-delà des premiers symptômes que nous avons décrit précédemment.


Voici quelques-unes des séquelles possibles


1. Problèmes de santé physique : Le stress chronique peut entraîner une variété de problèmes de santé, y compris des maladies cardiaques, des troubles du sommeil, des douleurs musculo-squelettiques, des troubles gastro-intestinaux et un système immunitaire affaibli.

 

2. Problèmes de santé mentale : Le burn-out peut augmenter le risque de troubles mentaux tels que la dépression, l'anxiété et le trouble de stress post-traumatique. Il peut également entraîner des problèmes de mémoire et de concentration.

 

3. Détérioration des relations : Le stress et l'épuisement peuvent affecter la capacité d'une personne à maintenir des relations saines, à la fois au travail et dans sa vie personnelle. Cela peut entraîner l'isolement social et des conflits relationnels.

 

4. Diminution de la productivité : Le burn-out peut entraîner une baisse de la motivation et de la productivité, ce qui peut avoir un impact sur la performance au travail et la satisfaction professionnelle.

 

5. Dommages à long terme à la carrière : En raison de la baisse de la productivité et de la motivation, le burn-out peut avoir un impact négatif sur la progression de carrière d'une personne.

 

6. Problèmes financiers : Les problèmes de santé associés au burn-out peuvent entraîner des coûts médicaux élevés et une perte de revenus due à l'incapacité de travailler.

 

Il est donc crucial de reconnaître les signes du Burn-out et de prendre des mesures pour le prévenir ou le traiter le plus tôt possible à un niveau individuel ou au niveau de l’entreprise en informant et formant les salariés à un meilleur rapport au travail.



Un temps de guérison inégal

Le temps de récupération après un burn-out peut varier considérablement d'une personne à l'autre. Selon une étude publiée dans le "Journal of Occupational Health", environ 50% des personnes reviennent au travail après quelques mois, mais pour certains, la récupération peut prendre plus d'un an.

 

Une autre étude publiée dans "PLOS ONE" a révélé que parmi les personnes qui ont pris un congé de maladie pour cause de burn-out, environ 70% ont repris le travail dans l'année qui a suivi le début de leur congé. Cependant, beaucoup ont continué à ressentir des symptômes de burn-out, ce qui suggère que la reprise du travail ne signifie pas nécessairement une récupération complète.

 

Il est également important de noter que la reprise du travail après un burn-out peut nécessiter des ajustements, tels que la réduction des heures de travail, la modification des responsabilités ou la recherche de moyens de gérer le stress au travail. Dans certains cas, un changement de carrière peut être nécessaire.

 

La durée nécessaire pour guérir d'un burn-out peut donc varier considérablement d'une personne à l'autre en fonction de divers facteurs, notamment la gravité de celui-ci, les mesures prises pour y remédier, le soutien social, et la capacité individuelle à récupérer. Il n'y a pas de délai fixe, car la récupération dépend de nombreux éléments.

 

Voici quelques considérations générales à prendre en compte pour améliorer la guérison :

 

·      Une prise en charge précoce : La récupération est souvent plus rapide lorsque le burn-out est identifié et pris en charge tôt. Un soutien précoce peut aider à éviter une détérioration plus importante de la santé mentale.

·      Des mesures d’urgences prises : Les actions entreprises pour remédier au burn-out peuvent influencer la durée de la récupération. Cela peut inclure des changements dans l'environnement de travail, des ajustements au niveau des tâches, des séances de thérapie, et l'adoption de stratégies de gestion du stress.

·      Un soutien social : Un réseau de soutien solide peut contribuer significativement à la récupération. Le soutien familial, amical, et professionnel peut jouer un rôle crucial dans le rétablissement.

·      Des facteurs individuels : La résilience personnelle, les compétences en gestion du stress, et d'autres caractéristiques individuelles influent sur la durée nécessaire pour se remettre du burn-out.

·      Un engagement actif dans le processus de guérison : La participation à des séances de thérapie, l'adhésion aux recommandations professionnelles, et la mise en place de changements de mode de vie, peuvent accélérer grandement le rétablissement.

 

Il est important de souligner que le rétablissement du burn-out est un processus individuel et qu'il peut être complexe. Certaines personnes peuvent montrer des améliorations significatives en quelques semaines ou mois, tandis que d'autres peuvent avoir besoin de plus de temps. Dans certains cas, des ajustements au niveau du mode de vie et du travail peuvent être nécessaires pour prévenir une récurrence du burn-out. Les séquelles dépendent souvent de la gravité de celui-ci et du temps qu'il a fallu pour intervenir et prendre des mesures correctives. Une prise en charge précoce est généralement associée à de meilleures perspectives de récupération.






Alors si vous vous sentez submergé, épuisé et que vous avez l'impression que quelque chose cloche, un bon conseil ralentissez, partez en vacances, ouvrez vous à d'autres activités que le travail. Si cela vous semble compliqué n'hésitez pas à entreprendre un travail sur vous pour comprendre aussi votre lien au travail et ce que vous y cherchez. Le meilleur remède se trouve en amont. Quelque personne ayant des burn-out grave cumulant la dépression et les maux physiques auront énormément de mal à redémarrer et à revenir au travail. Le burn-out sera pour eux la conséquence d'une mauvaise gestion du stress qui dure depuis des années et un travail en profondeur sera a envisager. Alors prenez soin de vous !

Comments


ID2_edited_edited_edited.jpg

Bonjour et merci pour votre visite !

Je suis Maité Psychopraticienne et coach. Je partage ici mes points de vue, découvertes et lectures sur des sujets, qui me passionnent. 

J'espère te transmettre quelques concepts qui ont eu un impact dans ma vie ou des idées pour améliorer ton quotidien.

J'ai eu envie de créer ce blog comme une  bulle d'aération en dehors de mon cabinet de thérapie. Je te livre ici une autre facette de ma vie celle de l'autre côté de la porte,. Ici je peux me livrer, exprimer mes doutes et coups de gueules, parler de mes belles et moins belles découvertes. Ce blog est pour moi un moment de partage et de liberté, une autre façon aussi de retrouver ceux que je croise à des moments charnières de leur vie.

Bienvenue dans mon monde que je t'invite à découvrir en toute simplicité et avec beaucoup d'humilité.  

Pour recevoir
toute mon actu

Merci pour votre envoi

  • Facebook
  • Instagram
  • Twitter
  • Pinterest
bottom of page